Un abri de piscine à toutes épreuves …

Lorsqu’en 2006, Dany et Luke arrêtent de travailler, leur vieux projet de piscine revient à la surface. Un projet idéal pour mettre en valeur la propriété qu’ils ont achetée en 1976 à l’ouest de Poitiers, devenue depuis une vraie maison de famille.

Un projet qui d’ailleurs ne faisait pas l’unanimité. Malgré la pression des enfants, Dany faisait de la résistance passive depuis plus de dix ans : trop d’entretien et surtout trop peu de temps disponible. A la tête d’une entreprise de 300 salariés, Luke passe le plus clair de ses journées (parfois de ses soirées) à l’usine. Fonctionnaire, Dany n’en est pas moins très impliquée de son côté. Il y a cinq ans pourtant, la donne change, et l’idée de piscine se fait plus séduisante, même pour Dany. Dans un premier temps, elle caresse le projet d’une piscine « naturelle », qui s’intégrerait parfaitement dans le paysage. Mais la situation de la maison, déjà en pleine campagne, ne plaide pas en faveur de l’entreprise : la faune du coin aurait certainement adopté immédiatement ce nouveau plan d’eau et la famille ne se voyait pas disputer quotidiennement le bassin aux multiples volatiles de la région. Tant pis pour les canards, qui ont ainsi perdu, sans le savoir, un endroit précieux…

C’est au cours d’un salon que le couple fraîchement retraité passe à l’action. Dès le départ, ils optent pour une piscine à débordement et un abri. « Nous ne voulions pas nous lancer dans la construction d’une piscine dont nous n’aurions pu nous servir que deux mois par an ! » précise Dany. « D’autant que nous n’aimons que l’eau chaude de 29 à 30° (NDLR : 30° c’est un peu chaud quand même, mais nous aurons compris que Dany et Luke n’aiment pas l’eau froide). Avec un abri, nous pouvions compter sur un minimum d’utilisation de 10 mois par an. Et encore, nous pourrions nous en servir toute l’année. La seule chose qui nous arrête, ce sont les frais de chauffage… ».

Luke a dans l’idée de ne s’occuper de rien et de laisser un entrepreneur tout gérer à sa place. Mais au vu des devis qui s’allongent, il s’aperçoit vite que ce n’est pas jouable. Il décide donc de superviser le tout, sans se rendre vraiment compte de l’ampleur de la tâche…  « Ce qui nous a sauvés, précise Dany, c’est d’avoir choisi d’excellents intervenants. Dès le départ, nous voulions un abri haut adossé à la maison, qui nous permettait de marcher tout autour du bassin et donnerait une dimension supplémentaire à l’ensemble. » Ce sera donc un abri Venus Ondine 5 angles à pans coupés de 17 mètres par 8 mètres. Un autre facteur entre en compte : la sécurité. Avec quatre petites-filles, Dany entend bien ne prendre aucun risque : l’abri ferme à clé et le bassin est pourvu d’un volet électrique. Son abri, Dany ne s’en séparerait pour rien au monde. « Pensez donc, même la dernière tempête, particulièrement violente, n’a emporté que quelques panneaux du toit de l’abri, qu’il a été facile de remettre en place. En fait, le constructeur avait tout prévu… ».

 

abri venus international logo    RV Piscines logo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.