Pour réussir son projet piscine, il faut réunir à la fois le lieu, le financement… et le moment où vous serez disponible pour suivre le chantier. Mais quand vous avez réussi à réunir ces trois éléments, n’hésitez plus !

Pour Jean-Claude, qui achète il y a quatre ans une maison de ville sur 600 m2 de jardin à Brest, la piscine fait automatiquement partie du décor. C’est presque héréditaire : depuis 1968, sa famille possède des piscines, ce qui n’est pas si fréquent en Bretagne à l’époque. Seulement voilà, pour créer une piscine, il faut une alchimie qui exige à la fois un lieu, un financement, et la disponibilité pour s’en occuper. S’il dispose du premier élément, il n’en va pas de même pour les deux autres. Soumis à des horaires envahissants, ce cadre de l’industrie pharmaceutique ne dispose ni de temps libre, ni du financement nécessaire. Il y a deux ans, tout change. Son entreprise passe dans d’autres mains, et il se voit proposer un plan de pré-retraite généreux. C’est le moment ou jamais, car, outre le financement, il va disposer de temps pour suivre le chantier pas à pas.

Située à l’arrière de la maison, la piscine mesure 8,50 x 4 mètres. “Je l’ai équipée d’une pompe à chaleur… C’est mon seul luxe : plonger dans une eau à 28° ! avoue-t-il. Pour le reste, je l’ai voulue pour nager, pas pour frimer !”

Perfectionniste, Jean-Claude ne choisit pas son piscinier au hasard. Il s’informe un peu partout. Plusieurs pisciniers de la région, proposant des coques rigides, ont fait faillite récemment. Il finit par retenir trois candidats : Esprit Piscine, son concurrent direct et une troisième entreprise proposant des piscines en béton. N’aimant pas le béton, il finit par choisir Esprit Piscine, qui le séduit par le sérieux de sa réputation. “Et il y a eu aussi la magie de la rencontre, qui s’est enclenchée à la  première entrevue. Tout s’est magnifiquement déroulé, et ils ont eu du mérite car ils on travaillé l’hiver, parfois même sous la neige. Et sans jamais perdre le sourire : une qualité rare !” C’est clair : s’il fallait recommencer l’opération, il recommencerait… avec les mêmes !

Si elle lui a permis de faire du sport et de se maintenir en forme, la piscine de Jean-Claude n’a pas changé sa vie. Bien sûr, lui et sa femme nagent pratiquement tous les jours, mais le bassin n’est pas devenu un pôle de vie trépidant. “J’avais un peu d’inquiétude à l’égard des voisins. Mais nos filles sont adultes et nous n’avons pas (encore) de petits-enfants. En fait, nous sommes moins bruyants que prévus.”

Pour en savoir plus :

 

http://www.esprit-piscine.fr/

Pin It on Pinterest

Share This