Sa création de piscine, il y a six ans, laisse à Michel un sentiment mitigé. En fait, son bassin profite à tout le monde…sauf à lui !


Médecin généraliste à côté de Dinard, il subit en effet un rush estival de patients particulièrement stressant. A l’époque (Juillet/Août) où il ferait bon plonger la tête la première dans son bassin, l’aimable quinquagénaire ne voit pas le jour ! « Lorsque je rentre le soir, je n’ai même plus envie de piquer une tête, tellement je suis fatigué. A titre personnel, j’ai plus de plaisir  (et de bénéfice bien-être) avec mon sauna et mon spa qu’avec ma piscine ! ».

La création du bassin a pourtant transformé cette maison de ville sur 3000m2 de jardin paysagé en petit coin de paradis. Située à 15m de l’habitation (il ne fallait surtout pas d’ombre portée, quelle que soit l’heure de la journée) la piscine et son abri constituent un vrai pôle wellness.

Alors, non, il ne regrette rien. Mais si c’était à refaire, pas sûr qu’il se porte volontaire !  Il faut dire que c’est surtout Marie, sa femme, et leurs trois enfants qui avaient poussé à la roue. Michel, lui, était plus réservé. Car ses patients, propriétaires de piscines dans les environs, étaient quasi unanimes : c’était un investissement lourd, et une vraie servitude par rapport au plaisir qu’on en retirait. Il reconnaît aujourd’hui la justesse de ces raisonnements, mais ne laisserait son bassin pour rien au monde.

« C’est vrai que l’investissement a été lourd, avec un emprunt et une restriction drastique du budget vacances.  Mais c’est vrai aussi que le résultat fait plaisir ». Surtout que Michel a commandé dès le début à Venus Ondine, partenaire de son piscinier (Eric Lequertier Piscines), un abri haut pour recouvrir les 13x6m du bassin. « Au départ, je voulais attendre un peu, mais finalement, malgré le coût, je me suis jeté à l’eau… » L’abri a satisfait toute la famille. Un seul reproche peut-être : le nettoyage de la partie supérieure. « Nos voisins ont des pins qui perdent leurs aiguilles juste au-dessus de l’abri. Il faut donc nettoyer 1 à 2 fois par an, et cela dure une journée entière, car ce n’est pas facile ! ».

Mais d’autres satisfactions se profilent à l’horizon. Notre médecin surmené change de cabinet et s’installe à Dinard, à l’intérieur des terres. Pour la première fois depuis vingt six ans ; il va pouvoir  prendre des vacances au mois d’août. « Je vais enfin pouvoir profiter de ma piscine… » sourit-il.


www.abripiscine.com

La piscine Diffazur possède des équipements intelligents qui la rendent auto-nettoyante, auto-régulée et auto-contrôlée. Catalogue gratuit
+

Pin It on Pinterest

Share This