La persévérance constitue sans doute le plus bel atout d’un projet de piscine réussi. Mais parfois, cette persévérance peut prendre les apparences d’une mission (presque) impossible…

Mme MAINDRONQuand Jean-François emménage, en 2005, avec sa femme Claudie dans cette maison de ville à Cholet, il a déjà une idée derrière la tête : celle d’y installer une piscine. C’est un rêve d’enfant, et tant pis si tout le monde lui crie casse-cou. Outre le budget nécessaire, les éléments sont contre lui : la maison est enclose entre les habitations voisines et le jardin, situé à l’arrière et en contrebas, n’a pas d’accès direct possible en dehors de la maison elle-même. De plus, un immense sapin ombrage le terrain, prenant toute la place. Bref, un jardin, dont personne ne profite.  A l’opinion générale de ses amis qui mettent en avant la non-viabilité de son projet, Jean-François oppose un front serein. « Rien n’est impossible, il suffit de le vouloir !  » affirme-t-il contre vents et marées. Il faut dire que cette devise, il l’a toujours mise en application. Cet ancien boulanger a déjà changé de carrière en devenant hôtelier ! Ce ne sont pas quelques difficultés qui vont l’empêcher de réaliser son rêve de petit garçon.

Bien sûr, il n’y a pas d’accès direct au jardin… et donc aucune possibilité d’y amener une excavatrice. Qu’à cela ne tienne, il va creuser la fosse lui-même. Tout au long de l’hiver 2012, il va, à la pelle, dégager près de 14 tonnes de terre… Un travail de romain insensé, car il faut extraire pas moins de 30m3 pour installer le bassin de 7×3 m dont il rêve. « L’hiver a été vraiment incroyable ! se souvient Claudie. Plus il creusait, plus l’entreprise paraissant insensée… et plus il s’obstinait. A la fin, nous avons réuni neuf amis et avons évacué toute cette terre en passant par la maison, dans des seaux de 10 litres ! C’est incroyable quand on y pense ! « 

Entretemps, Jean-François s’est également occupé tout seul du sapin qu’il a abattu et découpé en tranches. A la fin de l’hiver, le terrain est enfin prêt pour recevoir la piscine. Le choix du fournisseur, en revanche, ne pose aucun problème. Car Claudie connait bien les dirigeants des Piscines Caron, et il lui semble impensable de faire appel à quelqu’un d’autre pour cette piscine dont la coque passera, elle aussi, par la maison avant de s’encastrer dans la fosse.

Le jeu en valait-il la chandelle ?  » Au niveau du résultat, rien à redire, se confie Claudie. Nous avons créé un centre d’attraction convivial sur un terrain ou personne n’allait jamais. Notre quotidien a changé, puisque nous avons également refait tout l’intérieur de la maison, après l’installation de la piscine. Et nous l’apprécions tous les jours… Mais quelle aventure ! Si mon mari n’avait pas été si acharné à réussir son projet, nous n’en aurions jamais vu le bout. Aujourd’hui, si c’était à refaire, nous aurions certainement une piscine Caron, mais nous changerions peut-être de maison pour l’installer sans stress! »

Pour en savoir plus:

Caron Piscines LogoRetrouvez CARON PISCINES sur le SalonLogoPiscine&Spa+dates+lieu Piscine & Spa du 7 au 15 décembre 2013 sur le STAND B04 !

Pin It on Pinterest

Share This