On peut n’avoir aucune notion de feng shui, cet art de vivre chinois plusieurs fois millénaire et faire preuve tout de même d’un instinct énergétique très sûr. Quel meilleur mariage en effet que l’eau et le bois, un véritable cycle de construction pour un praticien chinois… et une source de bien-être constante pour ceux que les philosophies orientales laissent de marbre.

Pas question pour Jean-Paul de poser sa nouvelle piscine dans un environnement béton, aussi design soit-il. Son élément à lui, c’est le bois, matière qu’il travaille depuis des années, même s’il ignore qu’il s’agit là effectivement de son énergie de naissance. Il ne croit à aucune de ces “prédestinations”, mais force est de reconnaitre que le dynamique quinquagénaire dirige depuis des années une scierie et un commerce de bois.  Mais pas n’importe lequel… “Du bois local, précise-t-il avec fierté. Je suis allergique aux bois exotiques, il me faut du bois bien de chez nous”, ajoute-t-il avec un sourire. Exit donc le teck et autres essences venues d’horizons lointains.  A lui, le pin robuste, les nuances chatoyantes du merisier et les sombres accents du chêne.

Il ne faut donc pas s’étonner que sa dernière maison, construite il y a un peu plus de deux ans, soit réalisée… en bois ! N’allez pas pour autant vous imaginer un chalet rustique au fond des bois. Si la forêt est bien présente (à un kilomètre tout de même), c’est une maison contemporaine et originale qui l’a séduit. “Le bois est un matériau vivant et chaleureux  : la maison n’est jamais humide, elle est chaude en hiver et fraîche en été : le rêve !” Adepte convaincu des piscines, (sa maison précédente en était déjà pourvue), il fait construire en même temps que l’habitation, un bassin rectangulaire de 12m sur 4,50. Il a balayé d’un geste toutes les suggestions de terrasses. C’est lui-même qui va concevoir l’environnement de sa piscine, en chêne sombre et solide. L’ensemble constitue un prolongement naturel de la maison, un salon d’été sans démarcation, où l’on passe d’un univers à l’autre sans presque s’en apercevoir.  “Même lorsque nous n’utilisons pas le bassin, je laisse tourner la piscine, car pouvoir contempler cette surface lisse et liquide environnée de bois m’apaise et me ressource” commente-t-il.

Il se sert de sa piscine  cinq mois par an.  “Il va falloir d’ailleurs que notre piscinier nous fournisse une couverture rigide, réfléchit-il. Car l’achat d’un abri est une des rares sources de discorde entre Jean-Paul et sa femme Françoise. Cette dernière préférerait un abri haut, pour utiliser le bassin en permanence. Jean-Paul, lui, ne veut rien de plus qu’un abri bas, qui ne dénature pas le paysage.  Et aucun modèle passé en revue n’a pu les satisfaire. “Je n’ai pas construit une maison contemporaine pour la défigurer en posant une cabane devant, tout de même ” s’insurge-t-il. ce sera donc certainement un volet rigide. Et un ponton en bois pour recouvrir le tout, peut-être ? Quand on aime…

www.piscines-caron.com

www.piscinalis.com

Pin It on Pinterest

Share This