Chris Auclair – D’un jardin à l’autre

Miss Pool : Qu’est-ce qui fait que votre entreprise « sort du lot » ?
Chris Auclair
: Ce serait un peu prétentieux de considérer que je sors du lot. Peut-être quand même le fait que je sois la seule à ne fabriquer que des douches d’extérieur et la seule aussi à les fabriquer France.
C’est peut-être ce qui fait que je sors du lot, pour le reste, restons modeste !

M.P. : Comment êtes –vous arrivée dans cet univers ?
C.A.
: Un peu par hasard.
Je voulais construire une piscine dans mon jardin et devant le refus obstiné de mon mari, je me suis amusée à « bricoler » une douche dans un coin de jardin. Et puis, en prenant du recul, je me suis dit que ce n’était pas si mal. Alors l’idée m’est venue de regarder ce qui existait sur le marché. Voyant le peu de produits proposés, le cheminement s’est fait petit à petit et me voilà aujourd’hui.
Pour l’anecdote, je me souviens encore de mon 1er Salon Piscine & Spa : au bout de 3 jours, je pleurais comme une madeleine et je ne voulais pas revenir le lendemain, les clients ne se bousculaient pas et non seulement ils ne se bousculaient pas mais je revois encore leurs visages amusés  en passant devant mon tout petit stand. Je crois qu’ils se demandaient vraiment ce que je faisais là. A l’époque (il y a 12 ans), ça paraissait un peu saugrenu. Mais je suis encore là !!

M.P. : Si vous ne faisiez pas ce métier, que feriez-vous ?
C.A. : Du farniente ! Quoique !!

M.P. : Comment vous qualifieriez-vous ?
C.A. : Plutôt indépendante, tenace, sérieuse (au moins dans mon métier ! )

M.P. : Comment vous qualifieraient vos concurrents ?
C.A. : Quels concurrents ?? Blague à part, je n’en n’ai aucune idée mais j’espère qu’ils me détestent !

M.P. : Est-ce que votre vie est toute tracée ?
C.A. : Ah non ! Pouah, quelle horreur ! On en reparlera à la veille de ma mort !

M.P. : Quelle sera votre prochaine réalisation ?
C.A. : Un voyage dans le désert Jordanien. Je pars demain. Youpi ! Si je reviens, je me remets au travail.

M.P. : Quel a été le plus grand challenge de votre carrière ?
C.A. : Peut être celui de me lancer dans ce monde de machos qu’est le monde la piscine ! Je plaisante ….

M.P. : Quelle fut votre meilleure décision professionnelle ?
C.A. : De créer ma petite entreprise. C’est passionnant, lourd, il faut aimer travailler. Tout cela me va. Et puis quelle liberté ! Plus de compte à rendre si ce n’est à moi-même et à mes clients, bien sûr.

M.P. : Quelle fut la pire ?
C.A. : Je ne regrette rien.

M.P. : Quelles sont vos ambitions à long terme ?
C.A. : Continuer à entreprendre. Valoriser mon entreprise sans jamais me laisser dépasser par les évènements. Donc, ambition et prudence ! L’ambition sans prudence peut mener au désastre.

M.P. : Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui rejoint votre univers/industrie ?
C.A. : De l’envie, de la passion, du travail. Mais c’est inutile de venir me rejoindre, je n’ai pas envie de me faire manger toute crue !

M.P. : Quelles autres orientations pourraient prendre votre entreprise ?
C.A. : Je pense développer des produits périphériques, mais le temps me manque.

M.P. : Quelles seront les plus grandes problématiques pour votre industrie à l’avenir ?
C.A. : Je n’en vois pas vraiment. J’ai la chance  d’exercer dans une « niche ». Si je gère bien la situation, je peux garder ma place encore longtemps.

M.P. : Comment voyez-vous les besoins des consommateurs évoluer ?
C.A. : Du qualitatif, j’essaie d’y répondre.

M.P. : Quel est le meilleur conseil que vous n’ayez jamais donné ?
C.A. : De ne pas se prendre au sérieux.

M.P. : Quel est le pire conseil que vous n’ayez jamais donné ?
C.A. : De se prendre au sérieux.

Pin It on Pinterest

Share This