Découvrez notre interview de Christophe Durand, directeur marketing de PROCOPI

Miss Pool : Quelles ont été vos meilleures réalisations ces derniers temps ?
Christophe Durand : Le Spa SAO 4 places qui est le plus vendu dans le monde et le spa BAYA  2 places de 66 cm de haut, ils rentrent même à l’intérieur des appartements. Ils sont portables ou encastrables.

M.P. : Qu’est-ce qui fait que votre entreprise « sort du lot » ?
C.D. : Nous sommes fabricant français en Bretagne : C’est un territoire de savoir faire. Tout le processus est fait en France ce qui rassure les clients.

M.P. : Comment êtes –vous arrivé dans cet univers ?
C.D. : J’étais dans le domaine du marketing d’éclairage public, j’ai eu l’opportunité de changer de domaine. Le milieu de la piscine me semblait  intéressant à découvrir.

M.P. : Si vous ne faisiez pas ce métier, que feriez-vous ?
C.D.  : Je serai libraire spécialisé en bande dessinée. Je suis déjà collectionneur !

M.P. : Comment vous qualifieriez-vous ?
C.D.  : Dynamique, enthousiaste et passionné par le métier. C’est un métier qui évolue de par ses missions, les attentes des clients… qui permettent un contact humain et donc un enrichissement personnel.

M.P. : Comment vous qualifieraient vos concurrents ?
C.D. : Les créateurs de ce marché sont les fabricants nords américains, ils ont donc une longueur d’avance. Nous, on adapte les produits pour le marché européen :  il faut pouvoir se démarquer.

M.P. : Pouvez-vous nous expliquer votre vision pour votre entreprise ?
C.D. : Sur 5 ans notre but est de fabriquer, en France, entre 2 et 3000 spas et de devenir le principal acteur sur le marché. Tout le processus de fabrication est réalisé en France et nous comptons le mettre en avant.

M.P. : Est-ce que votre vie est toute tracée ?
C.D. : Non, heureusement. Il y a beaucoup d’imprévus, c’est un marché sensible car le mauvais contexte économique fait reporter l’achat des consommateurs.

M.P. : Quelle sera votre prochaine réalisation ?
C.D. : Une nouvelle couverture automatique hors-sol évolutive. Il sera possible de la faire vivre dans le temps et de la customiser.

M.P. : Quel a été le plus grand challenge de votre carrière ?
C.D. : Le plus dur a été de se remettre en question lors du changement de marché. Repartir à zéro, travailler dans un domaine inconnu  avec de nouveaux produits ont fait parties de ce challenge.

M.P. : Quelles sont vos ambitions à long terme ?
C.D. : Connaitre encore mieux les produits, c’est un marché très complexe : il faut toujours être plus performant techniquement. Accroitre mes connaissances sur les spa : chaque famille de produit induit toute une connaissance (pompe à chaleur, filtre, sécurité…) ce sont des métiers complètement différents et complémentaires.
Et bien sur, mieux comprendre les attentes de mes clients.

M.P. : Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui rejoint votre univers/industrie ?
C.D. : De faire un gros travail de terrain : rencontrer les clients professionnels  de tout type (artisans et pisciniers), se mettre à leur niveau et échanger avec eux afin de pouvoir mieux connaitre les produits et les attentes du client final.

M.P. : Quelles autres orientations pourraient prendre votre entreprise ?
C.D. : On pourrait développer encore plus l’export ainsi que les formations (centres de formations pour les professionnels à bordeaux, Lyon et Marseille). Le but sera de donner de la connaissance technique aux clients professionnels pour qu’ils puissent manipuler les produits. Améliorer le service des clients, plus de réactivité et de pertinence par rapport à leur demande.

M.P. : Quelles seront les plus grandes problématiques pour votre industrie à l’avenir ?
C.D.  : Le plus grand problème sera de trouver toujours plus de clients et de main d’œuvre: des jeunes qui souhaitent faire ce métier.
Il va aussi falloir harmoniser ce métier au niveau des réglementations européennes.

M.P. : Comment voyez-vous les besoins des consommateurs évoluer ?
C.D. : La mentalité des consommateurs évolue au niveau des prises de garantie, de l’assistance du service. Ils sont de plus en plus exigeants et veulent des produits de qualité.
Le marché est devenu très compétitif à cause d’internet : on y trouve tout et n’importe quoi ! On peut trouver les mêmes produits à des prix considérablement différents mais sans service et sans véritable qualité. Ce qui fait du tort à la profession.

M.P. : Quelles sont les tendances que vous voyez émerger ?
C.D. : La tendance du bien-être se développe depuis 3 ou 4 ans. De plus en plus de particuliers sont intéressés par l’éventualité d’avoir un spa dans leur appartement ou leur maison. La démocratisation des prix et les nouveautés rendent cela de plus en plus possible.

Pin It on Pinterest

Share This